Poésie franco-africaine chantée par  Sanvi Alfred Panou, premier slameur africain sur le label Saravah de Pierre Barouh en 1970, accompagné par le célèbre groupe surréaliste américain de free jazz Art Ensemble of Chicago.








Truquez tout mais pas le rire tout d'même.
Si le curé a fermé l'œil c'est qu'il espérait se faire pardonner.

De grâce, ne lui lancez pas la première pierre : vous en aurez besoin.

Malélé ohoh tou malélé
The big band play ohoh the big band play

Je ne veux pas monter pour que vous me lâchiez
Je préfère rester pour mieux nager
Je ne veux pas monter pour dégringoler
Je préfère rester pour me marrer

Je suis un sauvage
Paroles / Texte


Malélé ohoh tou malélé
The big band play ohoh the big band play

Je suis un sauvage mais pas esclave, ça va pas de soi.
Malgré ma douche quotidienne aux enzymes, dans le métro mon odeur assomme les illuminés.

Je suis un sauvage mais ils ont réussi à me faire chanter.
Je suis fier d'être bourguignon, ils sont futés tout de même.

Écoutez, arrêtez votre cinéma,
ce n'est pas parce que je prends un petit whisky que je suis imposable, hein ?
Avec quelle sauce préférez-vous être mangé ? C'est l'état qui paye.
Rongez-vous les ongles, vous verrez qu'ils réagiraient : c'est un faible.

En me prostituant pour ma liberté j'ai découvert le fric.
Évidemment je n'avais plus de salive pour cracher dessus.
Je me suis aperçu trop tard qu'il exploitait la conscience par l'inconscience.
Comme dit le concierge de la maison blanche : c'est un crâneur.

crédit – image : http://holywarbles.blogspot.com/2010/07/va-la-cave-saravah-une-compilation.html

Capture d’écran 2015-04-19 à 15.59.33Le slam vous intéresse? Rendez-vous à : http://legoutdufrancais.org/grand-corps-malade/

http://legoutdufrancais.org/le-kebewka-slame-par-david-goudreault/

Pourquoi ne pas en faire un exercice de prosodie?