« […] des moyens auxiliaires d’exprimer nos pensées et nos sentiments. » 1

CLAS, André, et HORGUELIN, Paul A., Le français, langue des affaires. 3 édition, Montréal-Toronto, Chenelière/McGraw-Hill, 1991, p. 171 Exercices à : http://www.cyberprofesseur.com/menus/ponctuationmenu.html

On appelle ponctuation l’emploi dans la langue écrite, des signes de ponctuation et les signes typographiques.

⚐ Au Québec, nous privilégions le code Le Ramat de la typographie

Les signes de ponctuation

1.1 Espacement avant et après les principaux signes de ponctuation et d’autres signes ou symboles courants (math)    ex.: 16 784,59 $

.

;

!

?

:

( )

[]

«◻….» : pour une citation

«….» : pour un titre, un mot étranger (mais préférer l’italique dans cette situation)

%

$

1.2 Leurs fonctions

  • Le point :
    • termine une phrase.
  • Le point-virgule :
    • sépare deux propositions unies par le sens;
    • sépare chaque élément d’une énumération.
  • Les deux-points :
    • introduisent un exemple, une citation, une énumération, un discours direct, une explication, une définition.

✘ On ne doit pas utiliser les deux-points pour détacher les minutes des heures. (3 :15 – 3 h 15)

  • Les points de suspension :
    • indiquent que l’idée n’est pas complète;
    • entre crochets […], ils indiquent une coupe qui a été effectuée dans un texte par une personne autre que l’auteur du texte.

✘ Après un etc., il faut mettre un point final.

  • Le point d’interrogation :
    • termine les phrases interrogatives directes.
  • Le point d’exclamation :
    • termine les phrases exclamatives après un mot, une locution, une phrase exprimant un sentiment, une interjection, une interpellation, un ordre.
  • La virgule : Sur l’usage de la virgule, les auteurs ne sont pas unanimes. Voici quelques règles le plus souvent observées.

Dans tous les cas, la virgule

A) indique une pause de courte durée et isole :

    • un mot mis en apostrophe, une incise, un mot redondant;

Tu vois bien, Pierre, que…

Je vois bien, dit-il tristement, que…

Je te dis, moi, qu’il ne voudra rien entendre.

    •  une proposition relative explicative;

Pierre, qui ne s’attendait pas à ça, soupira profondément.

    •  une apposition, une épithète détachée;

Pierre, notre collègue, nous a expliqué que…

Julie, enthousiasmée par cette idée originale, a bondi de joie.

    •  une conjonction, un adverbe ou une locution adverbiale servant de marqueur de relation;

D’abord, vous devrez lire attentivement le sujet.

Vous vérifierez, ensuite, toutes les consignes données.

Enfin, vous établirez votre plan.

    •  des éléments incidents.

J’ai demandé une augmentation à mon patron; celui-ci, il va s’en dire, me l’a refusée.

B) sépare :

    • des mots ou des groupes de mots de même valeur sans conjonction;

Pierre, Lucie, Marie, sont arrivés ensemble.

Pierre, Lucie et Marie sont arrivés ensemble.

Lucie était pâle, grelottante, fatiguée, affamée et heureuse.

Elles criaient, chantaient, riaient.

Ils sont arrivés tard,  ont bu beaucoup, sont partis les derniers, ont manqué les cours du lendemain matin.

    • des mots ou des groupes de mots de même valeur avec les conjonctions mais, car, c’est-à-dire, à savoir, soit ou voire;

Elle se rappelait mal ces événements, car de nombreuses années s’étaient écoulées depuis.

    • un mot, d’un autre mot qui le précède, pour indiquer qu’il ne lui est pas rattaché ;

Voici la clé du local, que je te confie jusqu’à cinq heures.

    • le lieu et la date, au début d’une lettre ou sur la première page d’un travail.

Montréal, le mardi 8 avril 2014

 On ne doit pas mettre de virgule entre :

  • Le sujet et son verbe;

Le dernier ouvrage publié par M. Duculot est devenu un best-seller.

  • Le copule et l’attribut du sujet;

Le chat de Marie est très malade.

  • Le verbe et le complément d’objet.

Lise a gagné à la loterie.

 

La mise en relief

Italique

  • pour des noms communs étrangers non francisés;
  • pour attirer l’attention sur un terme fautif ou un mot important;
  • pour les titres d’œuvres littéraires et artistiques, journaux et périodiques.

Caractère gras

  • pour mettre en valeur un titre, un mot ou une expression.

Puces et numéros

  • pour mettre en valeur les éléments d’une énumération.

Les signes typographiques

Les guillemets : indiquent une citation – une phrase ou un mot – ou un mot d’une autre langue qui n’est pas encore francisé.

Les parenthèses : intercalent dans la phrase, un élément, une explication, un exemple, une idée secondaire.

Le tiret : indique, dans le dialogue, le changement d’interlocuteur.

Les tirets doubles : isolent ou met en valeur un mot, un groupe de mots ou un court passage.

Les crochets :

  • marquent les interventions d’une autre personne;
  • isolent les éléments à l’intérieur d’un texte déjà entre parenthèses;
  • indiquent la prononciation d’un mot;
  • indiquent la troncation d’une citation.

La barre oblique :

  • sert de symbole de division dans l’expression d’une fraction ou d’un rapport;
  • fait état des références, sépare les initiales d’identification, indique qu’on doit tourner une page dans certaines abréviations ou mentions conventionnelles;
  • marque une relation ou une opposition dans divers domaines spécialisés;
  • précise l’ordre des pages d’un document par rapport au nombre total de pages de ce document.

 Il ne faut pas employer la barre oblique pour indiquer un féminin, ni pour séparer les éléments d’une date.

La perluète, la esperluette : &

  • lie des patronymes, des prénoms, des initiales, des expressions employées dans les raisons sociales.

 Entre deux noms communs, on doit écrire et.

L’astérisque (masculin):

  • indique un renvoi;
  • signale, dans le dictionnaire, le h dit aspiré;
  • signale, dans les grammaires, une phrase jugée agrammaticale.