La définition consiste à décrire une chose, une idée, un concept. Cela permet à l’auteur du texte de situer le lecteur dans son argumentation, de le mettre en contexte. Évidemment, l’auteur peut donner une définition qui correspond à ses valeurs et ses idées, en utilisant des marqueurs de modalité.

Exemple : On peut définir les mots « guerre » et « terrorisme ». En définissant cette différence, l’auteur pourra mieux exprimer sa pensée et éviter des ambiguïtés dans son argumentation.

  • L’argument d’autorité

Cet argument fait appel à l’autorité reconnue d’une personne (politicien, scientifique, intellectuel, religieux, etc.) et à ce que cette personne a dit ou fait. On peut citer la personne ou rapporter ce qu’elle a fait.

Exemple : On invoque les paroles de Nelson Mandela qui a une notoriété internationale.

  • L’exemple

L’exemple permet de démontrer en utilisant une situation normale ou exceptionnelle qui est déjà arrivée ou qui pourrait arriver.

Exemple : « Par exemple, l’an dernier, cet homme courageux qui a combattu tout un système et qui a finalement gagné! Voilà l’exemple qu’il faut parfois aller jusqu’au bout! »

  • Le contre-exemple

Le contre-exemple sert à démolir un exemple. En effet, on pourrait opposer à l’exemple précédent celui-ci.

Exemple : « Eh bien! aller jusqu’au bout peut parfois provoquer le pire. Par exemple, cet autre homme qui en voulant aller jusqu’au bout s’est finalement fait justice lui-même et s’est retrouvé en prison. »

  • Cause à effet

Cet argument puise dans les conséquences d’un événement pour prouver la thèse. Il peut entre autres servir à éveiller la conscience ou à faire peur.

Exemple : « Si vous votez pour cet homme, il n’y a que des catastrophes qui vous attendent, telles la hausse des impôts et la diminution des services. »

  • Le fait

L’argument par le fait consiste à présenter des citations, des photos, des illustrations, des données statistiques qui viennent appuyer l’argumentation.

Exemple : « L’an dernier, 2340 personnes ont déclaré avoir été satisfaites des services rendus. »

L’analogie est une sorte de comparaison qui établit un lien de ressemblance entre deux éléments. Elle peut être utile pour renforcer la définition qu’on donne d’une chose, d’une personne ou d’un concept. Elle est souvent imagée, telle une métaphore.

Exemple : « Le soldat est à l’armée ce que le joueur de hockey devrait être à son équipe. »

→ À prendre ici dans le sens où les joueurs de hockey devraient travailler en équipe dans l’atteinte d’un but. On pourrait aussi ajouter que l’équipe de hockey pourrait fonctionner comme une armée où l’entraîneur est le général et les joueurs, les soldats.

  • La contre-argumentation et la réfutation

Il s’agit d’affaiblir les arguments adverses à la thèse en leur opposant d’autres arguments qui paraissent supérieurs.

Exemple : « Vous dites que ce gouvernement en faveur des riches va aider ces derniers à enrichir la population; mais cette mesure appauvrira au contraire les pauvres, car c’est bien connu que les riches gardent les surplus d’argent pour eux. »

 

Source