Des jurons qui foutent le camp, Graeme Hamilton

http://www.courrierinternational.com/article/2011/09/29/des-jurons-qui-foutent-le-camp

«Tabarnak, criss et ostie sont tous aussi vulgaires. Ces trois blasphèmes sont les plus utilisés et correspondent plus ou moins à “merde” ou à “bordel” en France. Ils peuvent aussi remplir une fonction d’adjectif : un criss de gros con est un très gros con. Le verbe crisser, tiré de Christ, est fréquemment entendu. Il équivaut à “foutre”. On peut ainsi crisser son camp, c’est-à-dire foutre le camp.

Les bouleversements induits par la désaffection des Québécois pour l’Église catholique ont été amplement documentés, du passage à des familles moins nombreuses à la raréfaction du mariage. Mais que va-t-il advenir des “sacres”, [jurons] préférés de la Belle ­Province ? Quand un Québécois francophone se flanque un coup de marteau sur les doigts ou est victime d’une queue-de-­poisson sur la route, les mots qui jaillissent le plus spontanément de sa bouche font souvent référence à des objets de la liturgie catholique : ostie, tabarnak, ciboire, câlice ou criss ! [Pour cette raison, les Québécois disent qu’ils “sacrent”, lorsqu’ils jurent.] Pourtant, une exposition et l’ouvrage d’un professeur de théologie s’accordent aujourd’hui à poser la question : les jurons québécois survivront-ils à la laïcisation du monde ? Au musée des Religions du monde de Nicolet, à environ 110 km au nord-est de Montréal, le directeur, Jean-François Royal, ne cesse de s’étonner du fossé grandissant entre les Québécois et leur patrimoine religieux : “Nous en sommes au point où les étudiants de la génération actuelle demandent ‘Qui c’est, le gars sur la croix ?’”»

C’est cette ignorance qui a inspiré l’exposition du Musée des religions du monde à Nicolet (QC), baptisée «Tabarnak ! L’expo qui jure!»

Publié le 28 septembre 2011 dans Le courrier international, Lire la suite

___________________________________________________________________________

NuditéLangage grossier➛ Pictogrammes tirés de PEGI Système français de classification des jeux.

Langage vulgaire :

Présence de jurons, de menaces, d’insultes ou d’allusions ou insinuations sexuelles.

Contenu grossier :

Matériel ou humour lourd ou grossier pouvant être considéré comme rude, scabreux ou offensif.

➛ Classification selon la Commission de classification cinématographique Manitoba : http://www.gov.mb.ca/chc/mfcb/class2.fr.html

Cours de jurons aux Néo-Québécois, extrait tiré de l’émission Pure Laine (2005-2007) diffusée à la chaîne Télé-Québec.

 

Dissuader les Français de sacrer comme les Québécois

par l’humoriste Laurent Paquin

 

 

Découragement, insuccès, lassitude, colère exprimés par des sacres dans :

– l’extrait de la série Les beaux malaises,

extrait de la série télévisée humoristique québécoise en 34 épisodes de 25 minutes diffusée entre  et sur le réseau TVA.

– l’extrait de Les joies [ironie] de l’hiver,  par les Têtes à claques

Série de courts clips vidéos d’animation, crée en 2006 par un ex-publicitaire québécois, qui mettent en scène différents personnages humoristiques et des situations cocasses.

 

 – l’extrait du film Bon cop, Bad cop 1(2006)

Extrait du sketch Le cours de sacres ♨ (vol. 2, 1967)du groupe humoristique québécois Les Cyniques

Né en pleine Révolution tranquille, leur humour sévit au Québec pendant une dizaine d’années. Ils contestent ouvertement la société et ont pour cible tous ceux qui détiennent (ou détenaient) le pouvoir au Québec : les politiciens, le clergé, les juges, la police, les Canadiens anglais.