EN ROMAN

Je n’étais durant cet après-midi de décembre

qu’une ombre derrière la fenêtre givrée

en train d’admirer

l’un des plus bouleversants spectacles de la nature.

Je regardais fasciné toute cette neige

qui ne cessait de tomber.

Le poète Émile Nelligan a atteint l’immortalité

pour avoir employé deux fois le mot neige

dans ce vers très bref :

« Ah comme la neige a neigé. »

Gilles Vigneault, lui, pour avoir chanté

« Mon pays, ce n’est pas un pays c’est l’hiver. »LAFERRIERE

La gloire passe ici par la glace.

Dany Laferrière, L’Énigme du retour, 2009, Grasset. p. 54

 

 

 

 

 

 

EN FILM

Policier : Bonjour monsieur

Personne 1 : Bonjour

Policier : Ça va ?

Personne 1 : Qu’est-c’est qu’y a ? 

Policier : Où vous vous en allez comme ça ?

Personne 1 : Chez nous.

Policier : En marchant ?

Personne 1 : Eh oui en marchant.

Policier : La petite, là, c’est votre fille ça ?

Personne 1 : Ouais, c’est ma fille.

Policier : Je crois qu’il fait frette  de marcher de même sur le bord

de la route…

Personne 1 : C’est notre problème, c’est pas le vôtre.

Policier : Avez-vous un véhicule ?

Personne 1 : Oui, j’en ai un.

Policier : Vous l’avez juste pas pris aujourd’hui ?

Personne 1 : Vous avez tout compris.

Policier : Une petite marche de fin de semaine … Hein… Vous aimez ça le froid qui mord les joues ?

Personne 1 : Vous avez tout compris.

Policier : C’est bon pour la santé, hein ?! ……. Voulez-vous un lift ?

Habitez-vous loin ?

Personne 1 : Non, on veut pas de lift ; on habite pas loin.

Policier : Qu’est-ce que vous avez dans vos sacs ?

Personne 1 : Du manger.

Policier : Du manger ? … Je peux savoir vos noms ?

Personne 1 : Jean-François et Julyvonne Sauvageau.

Extrait du film Curling, de Denis Côté (2010)CURLING

EN POÉSIE

Ah ! comme la neige a neigé !
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah ! comme la neige a neigé !
Qu’est-ce que le spasme de vivre
Ô la douleur que j’ai, que j’ai !

Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez, oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

NELLIGANExtrait de Soir d’hiver (1903), Émile Nelligan, Poète québécois symboliste (1879 – 1941)