COMPRENDRE
  • Qui est le «Pou» ? Comment est-il décrit par le narrateur ? Est-ce que son nom a été choisi au hasard ?
  • Qui est ce «quelqu’un» (p. 78) ? Comment est-il dans la vie ? Que fait-il ?
  • « Oh, c’est un grand soir de fête » : De quelle fête s’agit-il ?
  • « […] quelle belle famille heureuse et généreuse nous formons tous ce soir, quel soir exceptionnel, quel joli soir de juin.» (p. 80), Est-ce que la réalité est aussi belle ? Comment contraste-t-elle avec le paragraphe suivant ?
  • « Et puis la musique commence.» (p. 80), À quel genre de musique le narrateur fait-il référence ?
  • Comment interprétez-vous la dernière phrase de cette nouvelle : « Quelqu’un joue en dedans de moi, quelqu’un joue si bien que tous les passants s’arrêtent même s’ils n’entendent rien. » (p. 81)
QUESTIONS DE LANGUE
  • Relevez tous les mots que vous pouvez associer à l’itinérance.
  • Qu’est-ce que cette expression familière signifie : « Il tire une flûte de son sac d’école, il se trémousse pour faire oublier qu’il joue comme un pied […] » (p.78) ?
  • Que signifie ce mot dans la phrase : «[…] s’installer dans le parc avant Berri, pour essayer de grappiller quelques clients qui sortiraient d’Archambault Musique avec encore un peu de monnaie dans leurs poches.» (P. 79) ?
  • Donnez un synonyme du mot : « La maudite UQAM répand partout des amas de jeunes poux qui jouent aux quéteuxentre deux cours, le temps de se ramasser assez d’argent pour acheter un char avant l’été. » (p. 79).
  • Donnez un synonyme du mot : « Je ne comprends pas pourquoi ces petits poux qui ont des chars et des maisons pour aller dormir et des blondes pour les tenir au chaud […]» (p. 81).
DISCUTER
  • « Je ne comprends pas pourquoi ces petits poux qui ont des chars et des maisons pour aller dormir et des blondes pour les tenir au chaud ont besoin de lancer leur triomphe dans les vitrines comme des roches, pourquoi c’est eux avec leurs chambres pleines de beaux vêtements et de disques compacts qui entrent dans les magasins défoncés et prennent tout, pourquoi c’est eux plutôt que moi. » (p. 81). Et vous, le comprenez-vous ? Comment expliquez-vous ce paradoxe ?
  • Quel est le sport le plus populaire dans votre ville, province ou pays d’origine ? Comment se manifeste la joie des supporters quand leur équipe favorite gagne ? Est-ce que des débordements comme ceux décrits dans cette nouvelle sont fréquents ?

ÉCRIRE
  • Cette nouvelle traite avec acuité de la problématique de la place qu’occupent les itinérants dans la société montréalaise. Selon vous, est-ce qu’ils y participent en tant que citoyens ? Pourquoi ? Comment ? De plus, cette problématique comporte une certaine universalité qui autorise une transposition à d’autres villes, sociétés et cultures. Comment ce phénomène est-il vécu dans votre ville, province ou pays d’origine ? Quelles sont les différences ? Les similitudes ? Et vous, comment le vivez-vous à Montréal ou ailleurs ? En avez-vous conscience ? Comment l »expliquez-vous ?
  • Imaginez un instant que le Pou n’existe plus mais qu’il est remplacé par une autre personne. Sur le modèle de cette phrase adaptée de la nouvelle : Quand j’ai vu…, il y a quelqu’un en dedans de moi qui s’est mis à… . décrivez la personne de votre choix et les actions de «quelqu’un en dedans de moi» (p. 80). Faites travailler votre imagination !

↪ Utilisez les temps du passé et le présent pour les actions. Réemployez des adjectifs riches pour la description.

DÉCOUVRIR…Le sport, les fans et les casseurs à Montréal
  • La scène était familière ce matin au centre-ville de Montréal. Des employés municipaux qui ramassaient des éclats de verre sur les trottoirs de la rue Sainte-Catherine. Des employés de magasins, en rogne, qui faisaient le ménage de leur commerce dévalisé. Et des fans déçus. Pour lire la suite…